La musique à l’ère de la modernité, c’est quoi ?

The Blaze live set pour Cercle sur l'Aiguille du midi

La musique électronique est par essence modernité. Pourquoi, vous demandez – vous?

Pour deux raisons très simples : 

  • les instruments qu’elle emploie : un ordinateur, Ableton, Logic Pro, ou à l’origine le célèbre Roland TR 808, star de la Detroit techno. 
  • Le contexte de désindustrialisation intense et les crises économiques de la fin du XXème. 

Promis, je ne vais pas vous faire un exposé socio-historique sur le pourquoi du comment de la musique électronique, mais plutôt explorer un aspect proprement innovant dans ce genre musical.

 

Daft Punk aka les maîtres Jedi de la scéno 

Si je vous demande votre meilleure expérience de concert, elle sera sûrement liée à un souvenir visuel Pour ma part, une de mes plus grosses claques était la performance des Daft Punk à Coachella en 2006 pour leur show “Alive”. J’aurais aimé le vivre en vrai, mais le fait que ce show soit considéré comme un tournant dans la musique électronique prouve à quel point il était marquant, voire révolutionnaire

 

Daft Punk Alive à Coachella, 2006

Daft Punk Alive à Coachella, 2006

 

Bien sûr, je prends ici un cas très particulier pour un festival au budget énorme, mais cette performance si célèbre illustre à quel point la scénographie est importante et participe à l’identité visuelle d’un artiste.   

Les Daft Punk sont au centre d’une scène pyramidale designée de manière extrêmement géométrique qui attire l’oeil, car ils sont le point focal du show. En fait, ce qui est fondamentalement révolutionnaire dans cette performance est le fait que les Daft Punk ont réussi à offrir un show visuel à la scène électronique, jusqu’alors très sobre car on se concentrait sur les platines et le sound system, souvent retransmis en grand écran derrière le DJ. 

Le pari (réussi!) était ici de prouver que la musique électronique avait le pouvoir d’en mettre plein la vue. Les moyens techniques modernes sont donc mis au service d’une musique composée sur ordinateur de manière parfaitement cohérente avec l’univers futuriste des Daft Punk. 

 

Et la lumière fut !

Et les Daft Punk ont introduit les LED

Les parois de LED de la pyramide permettent un jeu de lumière et des projections de films jamais vus jusqu’alors. En liaison avec l’agence Bionic League, le duo français a su placer la barre très haut dans une cohérence propre à leur univers.  Martin Phillips, patron de Bionic League, racontait à CBC Music : « On voulait créer un show, un truc similaire à ce que les gens vivent quand ils vont voir Pink Floyd ». La pyramide ci-dessus fait donc en partie référence à la pochette de The Dark Side of The Moon. L’introduction des LED et de la pyramide représentent visuellement une musique électronique innovante et futuriste

Ce show, pensé avec un début, un milieu et une fin est donc interdépendant de la scénographie, et des lumières qui composent l’espace et permettent de créer cette ambiance si propre à la scène électronique. 

 

Daft Punk influence le monde

On parle beaucoup des Daft Punk comme des pionniers de la musique électronique, car ils ont réussi à valoriser un genre musical très futuriste et surtout marginal. On voit d’ailleurs leur influence dans toute la scène électro française, appelée la “french touch”.   

En 2007, c’est Étienne de Crécy qui nous offre un show haut en couleurs en collaboration avec l’agence 1024 architecture, qui se concentre, selon leurs propres termes, sur les “interactions entre le corps, l’espace, l’art et l’architecture, le son, le visuel, le hi-tech et le low-tech” .   C’est la première en France à avoir intégré ce type de scénographie révolutionnaire à un live électronique. Naît donc le Square Cube qui accompagne Étienne de Crécy dans sa tournée Beats and Cube. Ce dispositif scénique reprend l’idée d’un trompe l’oeil carré avec un effet de profondeur, très sobre, mais qui demande tout de même 10 mois de conception.  Il y a trois grands aspects : 

  • l’aspect structure scénique
  • l’objet architectural, en l’occurrence un cube de six mètres sur six, tout le contenu visuel qu’il faut générer,
  • le programme informatique qui permet de venir lier l’espace, le son et l’image.” 

Le résultat, une architecture physique “augmentée de manière numérique”. Que l’on soit friand ou non d’électro, on en prend plein la vue!

Pour te donner une idée du show, voici un rendu live de Beats and Cubes.

Laser Game

Enfin, comment ne pas parler du fameux Laser show de Jean-Michel Jarre quand on mêle musique électronique et scénographie ? Les critiques l’ont comparé à un voyage intergalactique, un 2001 Space Oddity du IIIe millénaire, où les spectateurs deviennent des passagers enfermés dans d’imposantes courbes géométriques, des équations et des algorithmes mathématiques purs. Le passage le plus marquant restant un morceau joué par Jean-Michel Jarre sur un instrument virtuel composé de rayons lasers s’élevant vers le ciel, dans une ambiance surréaliste. 

 

Ce qu’on en retire, c’est une scénographie spectaculaire, une orgie de couleurs, venant renforcer l’univers musical si particulier de ce pionnier de la musique électronique. Ce concert est donc une expérience sensorielle, presque synesthésique où la vue est autant stimulée que l’ouïe et le toucher.  

Laser Show de Jean-Michel Jarre

Laser Show de Jean-Michel Jarre

Aujourd’hui, la force du live, c’est autant la performance musicale que le show offert aux spectateurs. Certes, je parle ici de concerts historiques aux moyens hallucinants, mais on voit que même des artistes connus mondialement consacrent une attention centrale à la scénographie afin de marquer les esprits. 

L’héritage sur la scène actuelle

L’image est centrale dans notre représentation du monde. A tel point qu’on cherche au maximum une synesthésie de l’expérience musicale. C’est ce que tentent de proposer deux collectifs aux chaînes youtube à succès : 

Le Cercle, c’est quoi ? Des lives dans des lieux d’exception : en haut de l’aiguille du midi, dans une montgolfière en Turquie, sous les aurores boréales en Finlande. Sans les moyens techniques actuels, ce genre de show visuel et auditif qui repousse les limites du possible, seraient restés à l’état d’utopie. 

Boiler Room : c’est repenser la musique, repenser l’expérience musicale et allier les offres technologiques au plaisir du live. Une scène centrale avec une vision à 360 pour un show intimiste et filmé. 

Ces deux collectifs, lancés sur Internet, ont aujourd’hui les moyens et la renommée de monter leur propre festival pour faire connaître leur vision folle à leur communauté. Et c’est pour moi, la modernité de la musique, qui dépasse la simple création de musique sur ordinateur. C’est repenser notre écoute et notre expérience du live, et repousser toujours plus ces limites.